innovations et technologies 2.0

 

Le monde des affaires est à l’avant-garde de la transformation technologique de l’économie. La démocratisation de la technologie, qui a permis à presque n’importe qui dans le monde de produire des innovations technologiques grâce à une réduction exponentielle des coûts, perturbe des secteurs clés de l’économie.

La rupture technologique ne se limite plus au monde numérique.

L’analyse des données, l’intelligence artificielle, l’impression 3D, la robotique, et une liste sans cesse évolutive de nouvelles plateformes technologiques ont brouillé les frontières qui protégeaient autrefois les secteurs physiques, tels que l’hôtellerie, l’automobile, la construction et les secteurs manufacturiers.
Le statu quo n’ a par ailleurs pas bien servi les entreprises de ces differents secteurs. Les modèles traditionnels d’innovation pour créer des produits et des services ne correspondent pas au rythme et à l’agilité des perturbations concurrentielles causées par les acteurs technologiques. Ainsi, un nouveau modèle d’innovation d’entreprise, est en train d’émerger. Bien venue dans le monde des corporations 2.0 !

La principale caractéristique de ce nouveau modèle est qu’il est ouvert par nature, au lieu d’avoir un processus de R&D fermé. Les entreprises établies ont tendance à offrir de bonnes structures pour le marketing, la distribution, les processus, l’expansion des produits, etc., mais, par rapport aux start-ups, elles ont souvent du mal à générer et à appliquer rapidement la créativité pour développer de nouveaux produits et services.

En utilisant des techniques d’innovation ouverte, les entreprises tentent de remédier à cette faiblesse en absorbant l’innovation de démarrage.

Nous avons vu trois grands types de mécanismes dans ce modèle émergent: les accélérateurs d’entreprise, les concours pour générer de nouvelles idées et la co-création avec le démarrage de nouveaux produits et services.

Accélérateurs d’entreprise.

Cette démarche consiste à créer des accélérateurs corporatifs dans des domaines liés au marché de l’entreprise. L’objectif est de créer des liens avec les nouvelles idées d’affaires et, en bout de ligne, d’investir ou d’absorber ces entreprises au fur et à mesure de leur croissance.

C’est l’approche suivie par Telefonica avec l’accélérateur Wayra et Barclays Bank avec son programme d’accélérateurs fintech. Softbank au Japon a adopté cette approche plus avant, opérant comme l’un des plus grands fonds de capital-risque dans les nouvelles entreprises technologiques.
Un autre exemple est l’Accélérateur de santé Merck axé sur les jeunes pousses numériques dans le domaine des soins de santé. Jusqu’ à présent, cette approche n’ a pas donné de bons résultats en termes d’absorption des innovations par les entreprises.

Concours pour générer de nouveaux produits et services.

Les entreprises appliquent ce mécanisme pour générer des idées d’affaires pour de nouveaux produits et services. Le résultat de ces concours tend à être un prototype viable minimal du démarrage, qui est ensuite acquis par la société. Comme dans le cas précédent, le défi consiste à absorber le produit et, plus largement, l’absorption et la durabilité du processus lui-même par l’entreprise. Ces concours ont été gérés directement par des entreprises et, de plus en plus, par des accélérateurs et d’autres intermédiaires qui peuvent avoir accès à une portée mondiale de start-ups innovantes pour participer à ces défis. Un exemple d’un tel programme est le concours annuel Open Talent de BBVA.

Co-création de nouveaux produits et services.

Cette approche va encore plus loin dans le processus de concurrence et augmente considérablement la possibilité d’absorption de l’innovation par l’entreprise. Les idées innovantes sont issues de startups et de défis. Une fois qu’une courte liste de ces idées a été sélectionnée, les entreprises en démarrage collaborent avec l’équipe de développement de la société pour co-créer conjointement un nouveau produit ou service. Ce processus de co-création est essentiel, car il permet une absorption directe du nouveau produit ou service par l’entreprise (développé dans le cadre des processus internes de l’entreprise) tout en informant les changements dans les processus, la culture et les incitatifs du processus d’innovation de l’entreprise.

Cette approche n’est pas aussi courante que les deux précédentes, et sa mise en œuvre est beaucoup plus difficile. Cependant, si elle est appliquée de façon uniforme (et non pas ponctuelle), elle offre une meilleure chance de transformer le processus d’innovation de l’entreprise pour qu’elle soit concurrentielle dans le nouveau monde de la technologie.